Plaidoyer pour rendre les nouveaux médicaments anti-VIH révolutionnaires accessibles à tout le monde

Plaidoyer pour rendre les nouveaux médicaments anti-VIH révolutionnaires accessibles à tout le monde

Des experts, des leaders mondiaux et des stars se sont unis pour appeler à rendre les nouveaux médicaments anti-VIH révolutionnaires accessibles à tout le monde, informe un communiqué de presse de Globalhealthstrategies.

Les lauréats du prix Nobel Françoise Barré-Sinoussi et Joseph Stiglitz, l’ancienne présidente du Malawi Dr Joyce Banda et l’ancienne première ministre néo-zélandaise Helen Clark, et les artistes Olly Alexander (chanteur et acteur), Stephen Fry (acteur, écrivain, présentateur), Adam Lambert (chanteur et auteur-compositeur), David Oyelowo (acteur, producteur, réalisateur) et Arnaud Valois (acteur) se sont joints aujourd’hui à des personnalités du monde entier pour demander que le prix des nouveaux médicaments anti-VIH révolutionnaires soit considérablement réduit afin qu’ils puissent être utilisés dans le monde entier par tous ceux qui en ont besoin.

Selon un communiqué transmis à PressAfrik, les chefs d’entreprise Mo Ibrahim et Paul Polman font partie de ceux qui ont rejoint l’appel dans une lettre ouverte. La lettre a été publiée à l’approche de la Conférence internationale sur le sida, qui s’ouvrira à Montréal le 29 juillet.

La pandémie de sida continue de faire des morts chaque minute et de nouvelles infections à VIH augmentent dans trop de communautés. Ce médicament révolutionnaire à action prolongée ne doit être pris que tous les quelques mois et s’avère être l’une des méthodes les plus efficaces pour prévenir la transmission du VIH. En plus de l’outil de prévention disponible aujourd’hui, les antirétroviraux à longue durée d’action pourraient un jour contribuer à révolutionner le traitement pour prévenir les décès. Mais ces médicaments ne sont actuellement disponibles que dans les pays à revenu élevé à un prix de plusieurs dizaines de milliers de dollars, ce qui est hors de portée des populations et des gouvernements des pays à revenu faible et intermédiaire.

Les habitants de ces pays en ont le plus besoin. Ces médicaments anti-VIH à action prolongée pourraient permettre à des millions d’adolescentes et de jeunes femmes d’Afrique subsaharienne de se protéger contre le VIH. Ils pourraient permettre aux personnes issues de communautés marginalisées notamment les homosexuels, les personnes transgenres et les professionnel(le)s du sexe, de recevoir une injection discrète tous les quelques mois pour se protéger.

« Alors que de nombreuses personnes dans le Nord ont accès à des outils et des médicaments de prévention du VIH à action prolongée, les Africains sont massivement privés de cette opportunité », a déclaré Lilian Mworeko, coordinatrice régionale de la Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH en Afrique de l’Est (ICWEA).

Alors que la riposte mondiale au VIH est mise à rude épreuve par la crise du COVID-19 et la guerre en Ukraine, il est devenu encore plus « urgent de garantir un accès rapide, abordable et équitable à ces médicaments ». Les signataires de la lettre ont souligné qu’ils peuvent et doivent être mis à la disposition de tous, quel que soit le passeport qu’ils détiennent ou l’argent qu’ils ont en poche.Ces nouveaux médicaments offrent une occasion pour éviter les erreurs scientifiques et politiques qui ont défini les premières années du sida. Après l’approbation des premiers médicaments antirétroviraux contre le VIH, les coûts prohibitifs signifiaient qu’ils étaient hors de portée dans les pays du Sud. Des millions sont morts. Ces défaillances n’étaient pas dues à des limitations scientifiques ou techniques. Ils résultent de choix conscients d’organisation et de financement de l’innovation médicale et de l’accès aux outils de santé.

La lettre ouverte publiée aujourd’hui appelle ViiV, l’une des plus grandes sociétés pharmaceutiques anti-VIH au monde, à partager sa technologie et son savoir-faire pour stimuler la production et fixer son prix à un point où tous les pays peuvent se permettre d’acheter ces médicaments. En particulier, il demande à ViiV de s’attaquer aux obstacles à l’accès en prenant les mesures suivantes.

D’abord, il faut annoncer un prix inférieur pour l’ARV injectable à action prolongée pour la prévention, CAB-LA, aussi proche que possible de celui des autres médicaments de prévention du VIH (PrEP). La meilleure option PrEP actuelle est d’environ 60 $ par personne et par an. Rendre le prix public et transparent, et inclure le coût de la seringue qui l’accompagne.

Ensuite, finaliser rapidement les licences pour produire des versions génériques de cet ARV à action prolongée par le biais du Medicines Patent Pool. Licence dans les pays à revenu faible et intermédiaire du monde sur une base non exclusive, avec une large portée géographique pour le traitement et la prévention.

Et enfin partager le savoir-faire et la technologie. Permettre aux producteurs d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, d’Europe orientale et centrale et au-delà de rechercher un transfert et de commencer à produire, avant de s’engager à produire suffisamment pour répondre à la demande jusqu’à ce que les producteurs de génériques se connectent.

« Il est du ressort de ViiV de veiller à ce que des millions de personnes supplémentaires dans le monde puissent bénéficier des incroyables avancées techniques qui ont été apportées à ce nouveau médicament », a déclaré Deborah Gold, PDG du National Aids Trust. « Si les pays savent qu’il est disponible à un prix abordable, ils pourront en faire l’achat prioritaire sur leurs budgets de santé et le mettre à la disposition de tous ceux qui en ont besoin. »

La Conférence internationale sur le sida, qui se déroule à Montréal du 29 juillet au 2 août, offre une occasion historique pour ViiV de se tenir aux côtés des dirigeants mondiaux, de la société civile et des personnes vivant avec et à risque du VIH du monde entier et de s’engager dans des actions qui sauveront des vies et accélérer les efforts pour mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique d’ici 2030. L’Organisation mondiale de la santé publiera de nouvelles directives sur le CAB-LA – les nouveaux médicaments – lors de la conférence.

« Il y a un choix quant à la manière dont les nouveaux médicaments sont lancés sur le marché mondial en termes de disponibilité pour tous, partout », a déclaré Dr Ayoade Alakija, coprésident de l’Alliance africaine de distribution de vaccins de l’Union africaine pour le COVID-19. « Les limites sont moins liées aux défis scientifiques ou techniques et beaucoup plus à la manière dont l’innovation médicale et l’accès aux contre-mesures de santé sont actuellement organisés et financés pour favoriser les riches et renforcer les inégalités.

40 millions de personnes dans le monde vivent aujourd’hui avec le VIH

La conférence de Montréal offre aux dirigeants qui peuvent obtenir un visa et voyager l’occasion de démontrer que toutes les vies sont égales et que de nouveaux outils de santé sont accessibles à tous. Les enjeux sont élevés. 40 millions de personnes dans le monde vivent aujourd’hui avec le VIH et environ 1,5 million de personnes ont été nouvellement infectées rien qu’en 2020.

« C’est une question d’inégalité », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’UNAIDS. « Ces nouveaux médicaments nous aideront-ils à briser les inégalités à l’origine de la pandémie de sida – abordables et disponibles pour ceux qui en ont le plus besoin? Ou resteront-ils hors de la portée ? L’industrie pharmaceutique a la possibilité de rendre les médicaments abordables et accessibles aux personnes de tous les pays – y compris les pays dits à revenu intermédiaire – en partageant les technologies et en fixant un prix abordable aujourd’hui jusqu’à ce que ces génériques soient mis en ligne.

Source : pressafrik.com

actusantemag

Site santé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :