ÉTUDE: «Le magnésium est essentiel pour le système immunitaire»

EYkxhpRgaEUALLTP4s8vtV

Des chercheurs de l’université et de l’hôpital universitaire de Bâle ont prouvé que les cellules T avaient besoin de suffisamment de magnésium pour fonctionner correctement.

Des chercheurs de l’université et de l’hôpital universitaire de Bâle ont découvert que «le taux de magnésium dans le sang joue un rôle important dans la capacité du système immunitaire à lutter contre les agents pathogènes ou les cellules cancéreuses», annonce un communiqué de presse.

Des études antérieures avaient déjà montré qu’une carence en magnésium est liée à différentes maladies telles que les infections et les cancers. Les recherches menées par le professeur Christoph Hess ont mis en évidence que «les cellules T (ndlr: aussi appelée lymphocytes T) ne peuvent éliminer efficacement les cellules dégénérées ou infectées que dans un environnement riche en magnésium», détaille le communiqué.

Impact sur les immunothérapies contre les cancers

Plus concrètement, le magnésium est important pour la fonction d’une protéine de surface des cellules T, appelée LFA-1. Comme l’explique le professeur Hess, «la LFA-1 fonctionne comme un point d’ancrage jouant un rôle-clé dans l’activation des cellules T. Mais au repos, ce site d’ancrage est pour ainsi dire fermé et ne peut donc pas lier efficacement les cellules infectées ou dégénérées. C’est là que le magnésium entre en jeu: s’il est présent en quantité suffisante dans l’environnement des cellules T, il se lie à la LFA-1 et fait en sorte que la protéine reste active».

Cette nouvelle découverte pourrait s’avérer très pertinente pour les immunothérapies modernes contre le cancer puisque ces dernières «visent à mobiliser le système immunitaire – et en particulier les cellules T cytotoxiques – contre les cellules cancéreuses».

Des modèles expérimentaux ont montré que l’augmentation du taux de magnésium dans les tumeurs renforçait la réponse immunitaire des cellules T. «Pour pouvoir vérifier cette observation en clinique, nous cherchons maintenant des moyens d’augmenter de manière ciblée la concentration de magnésium dans les tumeurs», conclut Christoph Hess.

Prochaines étapes

«À l’aide de données issues d’études déjà achevées sur des personnes atteintes de cancer, les chercheurs ont pu démontrer que les immunothérapies étaient moins efficaces chez les patients dont le taux de magnésium dans le sang était trop bas», précise le communiqué.

Les données actuelles ne permettent pas de savoir si la prise régulière de magnésium a une influence sur le risque de développer un cancer. Le docteur Jonas Lötscher, premier auteur de l’étude, explique que «comme prochaine étape, nous prévoyons des études prospectives pour vérifier l’effet clinique du magnésium en tant que catalyseur du système immunitaire».

Source : lematin.ch

actusantemag

Site santé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :