Japon : l’ex-Premier ministre Shinzo Abe est mort des suites d’un arrêt cardiaque après une attaque par balle

Japon : l’ex-Premier ministre Shinzo Abe est mort des suites d’un arrêt cardiaque après une attaque par balle

Touché par balles lors d’un meeting politique, l’ancien dirigeant japonais n’a pas survécu à ses trop graves blessures. L’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe est mort ce vendredi, quelques heures après l’attaque dont il a été victime au cours d’un meeting politique.

L’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe est mort après avoir été transporté à l’hôpital vendredi après une attaque par arme à feu. L’ancien dirigeant qui se trouvait dans un état d’arrêt cardio-respiratoire – un terme utilisé au Japon pour indiquer l’absence de signe de vie. Un suspect a été arrêté pour tentative de meurtre.

Retour sur les circonstances de la mort

Des coups de feu ont été tirés vendredi 8 juillet sur l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe lors d’un rassemblement électoral à Nara (ouest), a confirmé le gouvernement nippon, et il ne présente aucun signe de vie selon les médias locaux.

« On a tiré sur l’ancien Premier ministre vers 11 h 30  (2 h 30 GMT) à Nara. Un homme suspecté d’être le tireur a été interpellé », a déclaré le secrétaire général du gouvernement, Hirokazu Matsuno, à la presse.

Shinzo Abe est dans un « état très grave », a déclaré pour sa part l’actuel Premier ministre japonais, Fumio Kishida, qualifiant d’ »absolument impardonnable » l’attaque dont a été victime son prédécesseur, pour la « survie » duquel il dit « prier ».

Citant des sources policières, la chaîne de télévision publique NHK avait déclaré plus tôt qu’un homme d’une quarantaine d’années avait été arrêté pour tentative de meurtre et qu’une arme à feu lui avait été confisquée.

« Un homme arrivé par derrière »

L’ancien chef de l’exécutif âgé de 67 ans prononçait un discours lors d’un rassemblement de campagne en vue des élections sénatoriales de dimanche, lorsque des coups de feu ont été entendus, ont indiqué la chaîne nationale NHK et l’agence de presse Kyodo.

« Il prononçait un discours et un homme est arrivé par derrière », a déclaré à NHK une jeune femme présente sur les lieux. « Le premier tir a fait le bruit d’un jouet. Il n’est pas tombé et il y a eu une grosse détonation. Le deuxième tir était plus visible, on pouvait voir l’étincelle et de la fumée », a-t-elle ajouté. « Après le deuxième tir, des gens l’ont entouré et lui ont fait un massage cardiaque », a-t-elle encore témoigné.

Shinzo Abe s’est effondré et saignait du cou, a déclaré une source du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir à l’agence de presse Jiji.

Arrêt cardio-respiratoire

Contactés par l’AFP, ni le PLD ni la police locale n’étaient en mesure de confirmer ces informations dans l’immédiat.

NHK et Kyodo ont toutes deux rapporté que Shinzo Abe a été emmené à l’hôpital et semblait être en arrêt cardio-respiratoire – un terme utilisé au Japon pour indiquer l’absence de signe de vie, et précédant généralement un certificat de décès officiel.

Shinzo Abe est le Premier ministre japonais qui est resté le plus longtemps au pouvoir. Il a été en poste en 2006 pour un an, puis de nouveau de 2012 à 2020, date à laquelle il avait été contraint de démissionner pour des raisons de santé.

L’ambassadeur américain au Japon, Rahm Emanuel, a déploré cette attaque. « Nous sommes tous tristes et choqués par l’attaque par balle contre l’ancien Premier ministre Abe Shinzo. Abe-san a été un dirigeant exceptionnel du Japon et un allié indéfectible des États-Unis. Le gouvernement et le peuple américains prient pour le bien-être d’Abe-san, de sa famille et du peuple japonais », a déclaré Rahm Emanuel dans un communiqué.

Émoi à l’international

Les États-Unis sont « profondément préoccupés » par l’attaque par balle contre Shinzo Abe, a plus tard déclaré le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

« C’est un moment très, très triste », a-t-il dit aux journalistes lors d’une réunion du G20 à Bali. « Nous ne connaissons pas son état de santé (…). Nos pensées, nos prières sont avec lui, avec sa famille, avec le peuple japonais. »

« C’est un moment très, très triste », a-t-il dit aux journalistes lors d’une réunion du G20 à Bali. « Nous ne connaissons pas son état de santé (…). Nos pensées, nos prières sont avec lui, avec sa famille, avec le peuple japonais. »

Le Premier ministre indien Narendra Modi s’est quant à lui dit « profondément bouleversé » par l’attaque, décrivant l’ex-Premier ministre japonais comme un « ami cher ».

« Profondément bouleversé par l’attaque contre mon cher ami Abe », a-t-il écrit sur Twitter. « Nos pensées et nos prières sont avec lui, sa famille et le peuple japonais. »

Source : senenews.com

actusantemag

Site santé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :