Doxycycline ou azithromycine pour les infections génitales féminines à C. trachomatis ?

Doxycycline ou azithromycine pour les infections génitales féminines à C. trachomatis ?

Chlamydia trachomatis est la bactérie la plus fréquemment retrouvée dans les infections sexuellement transmissibles (IST). Selon les populations testées, cette fréquence varie entre 1 % et 3 % dans la population générale, et entre 10 % et 15 % dans les centres de dépistage des IST.

Les trois quarts des infections génito-urinaires à C. trachomatis sont asymptomatiques chez les femmes, et dans 45 % à 100 % des cas elles sont associées à une infection ano-rectale typiquement asymptomatique. L’atteinte ano-rectale peut être le résultat d’une auto-inoculation à partir du vagin, ou d’une contamination sexuelle anale ou orale, l’infection rectale pouvant secondairement se transmettre à la sphère génito-urinaire.

Les traitements recommandés pour les infections génito-urinaires basses dues à C. trachomatis sont soit une dose unique d’azithromycine 1g P.O., soit la doxycycline 100 mg  P.O. 2 fois par jour, pendant 7 jours. Si l’infection ano-rectale est le « réservoir caché » de l’infection à C. trachomatis chez les femmes, il est nécessaire de connaître l’efficacité de ces traitements sur cette localisation.

Une étude française, randomisée et contrôlée, a été menée entre octobre 2018 et avril 2020 dans quatre centres de dépistage des IST et trois centres d’IVG. Ont été recrutées 460 femmes adultes qui présentaient une infection génito-urinaire à C. trachomatis diagnostiquée par un test d’amplification des acides nucléiques (NAAT), et qui n’avaient pas de signes d’infection pelvienne associée.

Ont été incluses 456 femmes qui ont reçu pour la moitié d’entre-elles un traitement de doxycycline100 mg PO 2 fois par jour pendant 7 jours, et pour l’autre moitié un traitement d’azithromycine 1g PO en dose unique. Lors de l’inclusion elles ont pratiqué un auto-prélèvement anal par frottis pour la détection (NAAT) d’une co-infection ano-rectale.

Elles ont été revues 6 semaines après le début des traitements avec les résultats du frottis anal ; 357 (78 %) femmes avaient une co-infection ano-rectale, 184 dans le groupe doxycycline, et 173 dans le groupe azithromycine.

La doxycycline plus efficace que l’azithromycine sur le « réservoir caché »

Afin de juger de l’efficacité des traitements, ces 357 femmes ont pratiqué de nouveaux auto-prélèvements vaginaux et ano-rectaux, 6 semaines après le début des traitements. La présence de C.trachomatis sur le frottis anal s’est négativée chez 147 femmes des 156 (94 %) du groupe doxycycline, et chez 120 femmes des 142 femmes (85 %) du groupe azithromycine. Odds ratio OR = 0,43 (intervalle de confiance à 95 % : 0,21- 0,91) p = 0,0274.

Vingt-huit femmes du groupe doxycycline et 31 femmes du groupe azithromycine avaient été exclues pour données manquantes.

A 6 semaines, 16 femmes avaient un prélèvement vaginal négativé, mais un prélèvement ano-rectal toujours positif pour C. trachomatis ; 13 d’entre-elles ont été revues à 4 mois, les 4 femmes du groupe doxycycline étaient guéries et…

Pour en savoir plus rendez-vous sur : JIM

actusantemag

Site santé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :