Le risque d’hémorragie postopératoire reste substantiel après arthroplastie pour hémophilie

Le risque d’hémorragie postopératoire reste substantiel après arthroplastie pour hémophilie

L’hémophilie expose à des arthropathies chroniques qui peuvent devenir invalidantes au point de faire envisager comme seul recours l’arthroplastie totale. Le risque hémorragique peut être prévenu ou atténué par des protocoles spécifiques qui se sont considérablement améliorés au fur et à mesure des progrès thérapeutiques. Cependant, la fréquence et la sévérité des complications hémorragiques postopératoires restent élevées, si l’on en juge d’après les résultats d’une étude d’observation multicentrique prospective étatsunienne dans laquelle ont été inclus 131 patients adultes atteints d’une hémophilie.

Ceux-ci ont bénéficié d’une arthroplastie totale de la hanche (ATH) (n = 33) ou du genou (ATG) (n = 98). Les indications et les décisions étaient laissées à la discrétion des médecins intervenants, selon les protocoles en vigueur dans les différents centres de l’étude. Les hémorragies majeures ont été définies ainsi : (1) hémorragie dans un site jugé critique ; (2) chute des taux d’hémoglobine d’au moins 2 g/dl en l’espace de 24 heures ; (3) transfusion d’au moins deux culots globulaires.

L’obésité est un facteur favorisant

Une complication hémorragique majeure est survenue chez près d’un patient sur trois (n=39 ; 29,8 %). Cette éventualité s’est avérée plus fréquente en cas d’ATH, soit 46 % versus 25 % en cas d’ATG, l’odds ratio (OR) correspondant étant de 2,50 (p = 0,05).

Trois facteurs ont…

Pour en savoir plus rendez-vous sur : JIM

actusantemag

Site santé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :