Médécine

Bébés prématurés ou nés par césarienne : quel est le rôle des HMO ?

Premature,Newborn,Baby,In,Incubator,,Icu

Généralement, les bébés prématurés ou nés par césarienne présentent un déséquilibre de leur microbiote, ou dysbiose, par rapport aux bébés nés à terme ou par voie basse, ce qui les rend plus vulnérables1-3. La découverte de l’influence positive des oligosaccharides du lait maternel (HMO) sur le microbiote de ces bébés « fragiles » a ouvert de nouvelles perspectives pour leur prise en charge.

Une dysbiose et un risque d’infections 

diminués par la présence des HMO

Les bébés nés prématurés ou par césarienne représentent respectivement 7,4 et 19,4 % des naissances 4-5. Tous ces bébés, comparés aux bébés nés à terme ou par voie basse, présentent une dysbiose : leur microbiote comporte moins de bactéries bénéfiques et plus de bactéries pathogènes. Or, la fragilité de leur microbiote les rend plus vulnérables aux infections6-8. C’est là qu’interviennent les HMO : les oligosaccharides du lait maternel contribuent à protéger ces bébés fragiles.

1. Les HMO permettent de restaurer l’équilibre du microbiote

L’étude Korpela9 a en effet montré que des nourrissons nés par césarienne, mais recevant un lait maternel riche en 2’FL (2 fucosyllactose), connaissait une restauration de leur microbiote restauré, notamment une augmentation de plus de 100 % du nombre de bifidobactéries. Il se rapproche alors significativement du microbiote des bébés nés par voie vaginale et recevant du lait maternel riche en 2’FL.

2. Les HMO jouent un rôle protecteur contre les pathogènes

Les bébés fragiles sont plus vulnérables : ils présentent un risque augmenté d’hospitalisation en cas d’infection. Par exemple, chez les bébés nés prématurés, les infections à VRS (virus respiratoire syncitial) représentent la 1ère cause de ré-hospitalisation.

Des études in-vitro10 ont montré que le HMO 2’FL permet la diminution de la charge virale pathogène du VRS dans des cellules épithéliales des voies respiratoires infectées par ce virus. Les HMO testés, à des niveaux équivalents ou inférieurs à ceux du lait maternel, ont permis de favoriser l’immunité contre des virus respiratoires in vitro, en agissant notamment sur la maturation des cellules épithéliales et l’intégrité de la barrière muqueuse intestinale. Ils exercent des effets immunomodulateurs et peuvent bloquer la liaison des germes pathogènes aux glycanes de surface des cellules hôtes.

La prévention du risque d’entérocolite ulcéro-nécrosante du prématuré (ECUN)

L’entérocolite ulcéronécrosante (ECUN) est la principale cause de mortalité chez les bébés prématurés. Il s’agit d’une maladie inflammatoire dont les complications peuvent être une oxygénation insuffisante du sang ou des intestins et une prolifération de bactéries sur la paroi intestinale, pouvant elles-mêmes avoir de graves conséquences chez le nourrisson.

Des études récentes ont…

Pour en savoir plus rendez-vous sur : JIM

Catégories :Médécine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s