Nutrition

AVC : Quel avantage du sel à faible teneur en sodium ?

20211009_160832

Le sel à faible teneur en sodium permet de réduire le risque d’accident vasculaire cérébral  (Visuel Adobe Stock 240785579)

Le sel à faible teneur en sodium permet de réduire le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) souligne cette étude d’une équipe du George Institute for Global Health (Sydney), présentée en ligne au Congrès 2021 de la Société Européenne de Cardiologie et publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM). En pratique, remplacer le sel « classique » par une alternative à faible teneur en sodium permet de réduire le risque d’événément vasculaire chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle (HTA) ou ayant déjà subi un AVC.

On sait qu’un apport élevé en sodium et un faible apport en potassium sont 2 facteurs de risque alimentaires d’HTA, de maladie cardiovasculaire et de décès prématuré. Cette étude bien-nommée Salt Substitute and Stroke Study (SSaSS) a comparé l’effet d’un substitut de sel de sodium (à faible teneur en sodium par rapport au sel ordinaire) sur l’incidence des AVC, des événements cardiovasculaires et la mortalité.

Premières preuves d’efficacité d’une substitution simple et peu coûteuse

Les participants recrutés entre avril 2014 et janvier 2015, âgés de 60 ans et plus, avaient déjà subi un AVC ou présentaient une pression artérielle mal contrôlée. L’essai, multisites a suivi 20.995 participants vivants dans 5 provinces chinoises. Au sein de chaque village participant, 50% des participants ont reçu le substitut de sel (environ 75 % de chlorure de sodium et 25 % de chlorure de potassium) et 50% ont continué à consommer du sel ordinaire. Les participants du groupe d’intervention étaient encouragés à utiliser le sel de remplacement avec plus de parcimonie qu’auparavant pour maximiser la réduction de sodium.

Au cours du suivi d’environ 5 ans,

  • plus de 3.000 participants ont subi un AVC,
  • plus de 4.000 décès ont été recensés,
  • plus de 5.000 événements cardiovasculaires majeurs ont été documentés.

L’analyse montre que l’utilisation du sel de substitution permet de réduire significativement :

  • le risque d’AVC : soit une incidence de 29 vs 34 pour 1.000 patients-années soit une réduction de 14% du risque ;
  • le risque d’événements cardiovasculaires majeurs (AVC non mortel, syndrome coronarien aigu non mortel, décès vasculaire) : soit une incidence de 49 vs 56 pour 1.000 patients-années soit une réduction de 13% du risque ;
  • la mortalité totale est également réduite de 12%.
  • Enfin, la sécurité du sel à faible teneur en sodium est confirmée (pas d’effet indésirable majeur).

L’étude apporte ainsi les premières preuves claires d’efficacité de cette intervention simple et peu coûteuse. « La « substitution » du sel est l’une des rares méthodes permettant d’obtenir des changements dans la consommation de sel des gens. Le substitut de sel est très facile à fabriquer et il n’est pas cher. Enfin, le substitut de sel permet de réduire les inégalités en matière de santé cardiovasculaire ».

Source : santelog.com 

Catégories :Nutrition

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s