Médécine

Comment remédier aux troubles du goût et de l’odorat pour les patients atteints de cancer ?

Les altérations du goût et de l’odorat sont fréquentes au cours du cancer. Leur physiopathologie n’est pas totalement expliquée, mais l’origine en est sans doute multifactorielle, liée parfois à la maladie elle-même, et à son traitement dans d’autres cas. Les enquêtes soulignent souvent un décalage entre le ressenti du patient et le manque d’intérêt des praticiens pour ces effets indésirables. Négligées, ces anomalies peuvent entraîner une réduction de l’appétit, une perte de poids,mais aussi une détérioration du plaisir de manger et de la qualité de vie. La prise en charge se heurte toutefois à l’absence de recommandations précises.Une équipe Canadienne a réalisé une revue de la littérature, avec pour objectif d’identifier les traitements efficaces pour la prise en charge des troubles du goût et de l’odorat chez les patients atteints de cancer. Au total, 43 études ont été retenues, dont 21 avaient été publiées avant 2010.

Les auteurs déplorent l’hétérogénéité des travaux, rendant difficile la généralisation de leurs résultats et l’établissement de conclusions fermes concernant les meilleures pratiques. Malgré cela, ils ont établi un arbre décisionnel, permettant d’orienter les praticiens.

Les soins locaux en première intention

Les soins locaux constituent la prise en charge en première intention, dans tous les cas, avec de la chlorexidine et/ou du bicarbonate. En cas de dysgueusie, le zinc per os peut s’avérer efficace, à la posologie de 50 mg 3 fois par jour, et le patient peut bénéficier d’une éducation thérapeutique pour optimiser sa pratique des soins locaux. En cas d’échec, une approche plus spécialisée peut être proposée, et le polaprezinc, 75 mg 2 fois par jour,peut être efficace, associé à une information nutritionnelle individualisée, pour que le patient apprennent les techniques pour améliorer la saveur des aliments, en s’aidant si nécessaire des essences aromatiques à ajouter aux plats.

Lactoferrine ou fruit miraculeux pour cibler certaines modifications de goût

Si le patient se plaint plus spécifiquement de la perception d’un goût métallique, la lactoferrine per os à la dose de 250 mg 3 fois par jour semble avoir montré une certaine efficacité contre les dysgueusies secondaires à la chimiothérapie. 

En cas de goût acide, le fruit miraculeux, petite baie connue pour sa capacité à transformer le goût acide en gout sucré a montré une efficacité supérieure au placebo, à raison de 6 fruits par jour. Le THC-dronabinol a montré des résultats intéressants pour la prise en charge de la dysosmie. La prise en charge par un nutritionniste peut s’avérer nécessaire.

Substituts salivaires, gels buccaux ou amifostine pour lutter contre la sécheresse buccale

Enfin, la xérostomie s’améliore avec les substituts salivaires, les gels buccaux et les bonbons au citron pris régulièrement au cours de la journée. L’amifostine parentérale à la posologie de 500 mg au moins 15 minutes avant une perfusion de carboplastine peut s’avérer utile en…

Pour continuer à lire cet article rendez-vous sur : JIM

Catégories :Médécine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s