Actualités

En quoi consistent les tests rapides « antigéniques » qui arrivent ce mercredi ? 

TEST EXPRESS – Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce mardi que des tests de dépistage rapides du coronavirus, dits « tests antigéniques », seront déployés à partir de cette semaine. Mais de quoi parle-t-on ?

Ils promettent des résultats en seulement quinze à vingt minutes et non plus deux ou trois jours. Rapides donc, des tests de dépistage du coronavirus dits « tests antigéniques » seront déployés à partir de cette semaine, a déclaré mardi le ministre de la Santé Olivier Véran. Mais en quoi consistent-ils ? 

Tout d’abord, il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de tests rapides sérologiques, qui consistent à détecter si l’on a été par le passé infecté par le coronavirus, mais de « tests rapides d’antigènes », qui ont le même but que le test de référence actuel, le RT-PCR : savoir si l’on est actuellement contaminé par le Covid-19. Et comme ce dernier, il est réalisé à partir de prélèvements dans les narines, par écouvillon.

Quelles différences avec le PCR ?

Mais alors qu’est-ce qui diffère entre ces deux procédés ? A la différence du RT-PCR qui consiste à rechercher de l’ARN du virus, à savoir son code génétique, le test antigénique s’intéresse lui à l’antigène, à la surface du coronavirus, à savoir l’endroit où se fixent les anticorps que nous produisons pour lutter contre le virus. 

Tandis que l’un nécessite une analyse lourde en laboratoire, aussi longue que coûteuse du fait de l’utilisation de matériel bien spécifique, pour détecter le matériel génétique du coronavirus, le test antigénique repère des protéines du virus en quelques minutes, ce qui en fait un outil intéressant pour trier rapidement les personnes probablement contaminées, dans les aéroports ou à l’accueil des hôpitaux par exemple.

Une bande qui se colore… comme un test de grossesse

Basé sur le même principe que les test de grossesse, via une bande qui se colore, ce genre de diagnostic peut en effet, en pratique, être réalisé aussi bien en laboratoire, qu’en consultation chez un médecin généraliste, voire chez le pharmacien. 

Quelle efficacité ?

Son efficacité est-elle semblable à celle du test PCR ? Le test antigénique est réputé moins sensible que les test PCR qui utilisent une technique via laquelle la présence du génome viral est « amplifiée » un certain nombre de fois, afin de permettre de repérer le virus dans l’échantillon, même présent en proportion infime.  

Mais disposer de tests rapides ne détectant que les personnes à la charge virale importante pourrait néanmoins se révéler intéressant pour casser les chaînes de transmission, argumente l’épidémiologiste Michael Mina sur Twitter. Reste une seule véritable réserve : un test moins sensible est susceptible de ne pas détecter un malade quelques jours ou heures avant que sa charge virale n’atteigne son pic.

Source : LCI

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s