Actualités

Des scientifiques testent sur eux-mêmes leur vaccin contre le coronavirus

Alors que la course au vaccin anti-covid anime les labos du monde entier, un groupe de scientifiques a choisi de faire fi des procédures et de tester directement leur vaccin sur leur propre corps.

La course au vaccin est lancée à travers la planète. Aujourd’hui, 26 candidats vaccins sont déjà au stade des essais cliniques (testés chez l’être humain) et 139 sont au stade de l’évaluation préclinique, selon les chiffres de l’OMS. Au total, quelque 200 vaccins sont en cours de développement dans le monde et des millions sont injectés dans la recherche médicale et les essais.

À côté de ce circuit officiel et procédurier, d’autres chercheurs ont opté pour une production « artisanale » d’un vaccin contre le virus SARS-CoV-2.

Un vaccin « à préparer soi-même » envoyé par la poste

Une vingtaine de scientifiques américains, pour la plupart diplômés de Harvard ou du MIT, se sont rassemblés au sein d’un groupe, le Radvac (Rapid Deployment Vaccine Collaborative). Ils souhaitent mettre au point un vaccin comme une « initiative citoyenne scientifique». C’est-à-dire en dehors des circuits officiels de régulation et d’approbation par la FDA (Food and Drug Administration).

Ensemble, ils travaillent depuis fin mars à une formule qui soit « la plus simple possible à partir d’ingrédients librement disponibles», expliquent-t-ils dans un papier de la MIT Technology Review 

Pour démontrer l’efficacité de leur produit, ces scientifiques l’ont d’abord testé sur eux-mêmes. Certains de leurs proches se seraient également portés volontaires. Au total, 70 personnes ont participé aux essais. Les kits étaient envoyés par la poste et il « suffisait » de mélanger les ingrédients.

Un spray nasal dont on ignore encore l’efficacité

En procédant ainsi, le Radvac espère pouvoir devancer les grands groupes pharmaceutiques englués dans les procédures officielles et obtenir un vaccin au plus vite.

Leur vaccin sous-unitaire se base sur des fragments de protéines du virus, ce qui permet de déclencher une réponse immunitaire protectrice sans pour autant causer de maladie. Il peut s’administrer grâce à un « spray nasal », ce qui est bien plus simple qu’une injection.

Ce type de vaccin développerait une immunité mucosale qui pourrait être efficace contre le coronavirus. En revanche, elle est beaucoup plus difficile à détecter que les anticorps qui apparaissent dans le sang.

Jusqu’à présent, le groupe Radvac n’a rien publié quant à d’éventuels résultats. Il maintient qu’il est sans risque, même s’ils ignorent encore s’il protège réellement du coronavirus.

Les scientifiques ont également publié leur recette pour tout qui voudrait tenter l’expérience. Tout ce qu’il faut avoir sous la main, c’est une pipette et un agitateur magnétique.

À vos risques et périls, donc.

metrotime.be

 

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s