Médécine

Les AVC de la Covid-19, une gravité particulière

 

La Covid-19 prédispose à la survenue de thromboses artérielles par l’intermédiaire de phénomènes intriqués, tels l’inflammation, le dysfonctionnement endothélial, la génération de thrombine ou encore l’activation plaquettaire. Trois séries de cas récentes ont établi une association significative entre cette infection virale et la survenue d’AVC ischémiques volontiers sévères et récidivants à court terme. Cette association méritait d’être confirmée sur une plus grande échelle pour inciter à une prise en charge optimisée de cette complication artérielle redoutable dans le cadre du réseau dédié aux urgences neurovasculaires.

 

Un registre international a donc été mis en place qui regroupe 28 sites répartis dans 16 pays. L’objectif était de préciser la sévérité et le pronostic des AVC ischémiques aigus en rapport avec la Covid-19. C’est ainsi qu’ont été recueillis, entre le 27 janvier et le 19 mai 2020, 174 cas d’AVC (âge médian 71,2 ans ; femmes : 37,9 % ; en moyenne : 12 patients par site) appariés par l’âge et le sexe selon la méthode des risques de propension à autant de témoins victimes d’un AVC survenu en l’absence de l’infection virale.

 

La sévérité du déficit neurologique initial a été attestée par la valeur médiane mesurée à l’état basal sur l’échelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Scale ) qui s’est avérée plus élevée dans le groupe des cas, soit 10 (écart interquartile, EIQ, 4-18) versus 6 (EIQ, 3-14)) (p = 0,03.)) L’odds ratio (OR) correspondant a été évalué à 1,69 [IC 95 %, 1,08–2,65].

Quatre fois plus de décès et d’handicap sévère

La mortalité en cas de Covid-19 a été estimée à 27,6 %, ce qui correspond à un nombre total de 48 décès, dont 22 attribués à l’infection virale et 26 aux complications propres à l’AVC lui-même. Dans 57,6 % des cas, l’AVC concernait le territoire de l’artère sylvienne et, dans les autres cas, les thromboses siégeaient au sein de gros troncs artériels de la circulation cérébrale antérieure.

Le déficit neurologique final chez 96 patients qui ont survécu a été jugé sévère plus d’une fois sur deux (n = 49 ; 51 %). De fait, la comparaison des groupes appariés selon les scores de propension –représentant au total 330 patients- montre que le risque d’un handicap sévère (valeur médiane du score de Rankin modifié 4 [EIQ, 2–6]

versus 2 [EIQ, 1–4] hors Covid-19) ou d’un décès a été multiplié par plus de 4 en cas de Covid-19, l’OR correspondant étant en effet de 4,3 (IC 95 %, 2,22-8,30).

 

Le pronostic des AVC ischémiques aigus associés à la Covid-19 semble plus sombre que celui des AVC survenant en l’absence de cette infection. Le handicap en rapport avec le déficit neurologique serait bien plus sévère et la mortalité à court terme supérieure.

Ces différences s’expliqueraient par la multiplicité et…

Pour en savoir plus rendez-vous sur : JIM 

Catégories :Médécine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s