Contrôle de qualité et Normes

Comme la fièvre, l’hypothermie peut être un signe d’infection sévère avant trois mois !

Un décalage thermique chez de jeunes nourrissons fait craindre une infection bactérienne sévère et l’hypothermie comme la fièvre peut révéler une septicémie, une méningite, une infection urinaire ou encore un herpès. La prévalence des infections bactériennes en cas de fièvre est estimée de 8 % à 12 % ; celle des infections en cas d’hypothermie est moins connue.

Des pédiatres urgentistes de quatre centres universitaires américains ont analysé rétrospectivement les données de 2009 à 2018 de 40 services d’urgences d’hôpitaux adhérant à l’Association des Hôpitaux Pédiatriques. Les données ont été extraites à partir du code « hypothermie » aux urgences ou comme diagnostic de sortie. Les dossiers retenus devaient concerner des nourrissons de 90 jours ou moins et comporter un bilan infectieux complet avec recherche de l’herpès virus par PCR et culture et d’autre part des examens biologiques courants et une radio de thorax.

Au total, 3 565 nourrissons avaient un diagnostic d’hypothermie comme diagnostic principal et pour 8 122 au total, l’hypothermie figurait dans les diagnostics. Ces 3 565 enfants représentaient 1,1 % des consultants d’âge ≤ 90 jours. Leur âge médian était de 5 jours (écart interquartile 4-11 jours) et 90,5 % avaient moins de 30 jours, 65 % (n = 2 319) étaient dans leur première semaine de vie. Enfin, 50,9 % étaient des garçons.

Infection bactérienne sévère ou à Herpès virus dans 8 % des cas

La recherche d’une infection a comporté une hémoculture (80,5 % des cas), une uroculture (80,1 %), une culture du liquide céphalo-rachidien (42,2 %), une recherche d’herpès virus (30 %). Une pathologie chronique complexe a été identifiée pour 389 enfants (10,8 %). Au total, 3015/3 565 nourrissons (84,6 %) ont été hospitalisés durant 3 jours en médiane (écart interquartile 2-7 jours), dont un tiers en unité de soins intensifs. Un diagnostic d’infection bactérienne sévère a été posé pour 284 enfants (8 %) dont 87 (2,4 %) avaient une infection urinaire, 199 (5,6 %) une bactériémie, 11 (0,3 %) une méningite ; 7 patients (0,2 %) étaient infectés par un virus herpès.

Sur le total, 9 avaient une pneumonie (0,3 %). Parmi les enfants souffrant d’une infection bactérienne, 13 avaient de façon concomitante une bactériémie et une infection urinaire (n = 8), une méningite et une infection urinaire (n = 2), une méningite et une bactériémie (n = 3). En tout, 6 patients sont décédés (0,2 %), 2 étaient âgés de moins d’une semaine et 4 de plus de 3 semaines ; 2 avaient une pyélonéphrite et 2 une septicémie ; 3 souffraient d’une pathologie chronique complexe. L’existence de cette….

Pour en savoir plus rendez-vous sur : Jim.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s