Médécine

Peste noire, grippe espagnole, SIDA, SRAS : quelles leçons tirer des pandémies du passé ?

 

Le cours de l’histoire humaine a été façonné par les maladies infectieuses, et la crise actuelle ne sera certainement pas la dernière. Cependant, nous pouvons capitaliser sur les connaissances acquises par les expériences passées et réfléchir à la manière dont nous nous en sortons mieux cette fois-ci.

1-La peste, ou « peste noire » (14e siècle)

Si des épidémies de peste (causées par la bactérie Yersinia pestis) se produisent encore dans plusieurs régions du monde, deux d’entre elles sont particulièrement tristement célèbres.

La peste de Justinien, qui dure depuis 200 ans, a débuté en 541 de notre ère, anéantissant des millions de personnes en plusieurs vagues en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Ensuite, il y a la pandémie plus connue du 14e siècle, qui a probablement émergé de la Chine et a décimé les populations en Asie, en Europe et en Afrique du Nord.

L’un des plus grands héritages en matière de santé publique à avoir émergé de la pandémie de peste du 14e siècle est peut-être le concept de « quarantaine », du terme vénitien « quarantena » signifiant quarante jours.

La pandémie de peste noire du 14e siècle a permis des réformes sociales importantes. Par exemple,la mortalité généralisée a provoqué des pénuries de main-d’œuvre dans toute la société féodale et a souvent entraîné une hausse des salaires, une baisse du prix des terres, de meilleures conditions de vie et une augmentation des libertés pour la classe inférieure. Cela a entraîné des changements fondamentaux dans les interactions et l’expérience des gens avec la religion, la philosophie et la politique. La période de la Renaissance, qui a encouragé l’humanisme et l’apprentissage, n’a pas tardé à suivre.

On ignore comment COVID-19 va remodeler notre culture et quelle influence inattendue elle aura sur les générations à venir. Des changements économiques évidents découlent déjà de cette épidémie, car certaines industries sont en hausse, d’autres en baisse et certaines entreprises semblent susceptibles de disparaître à jamais.COVID-19 pourrait normaliser de façon permanente l’utilisation des technologies virtuelles pour la socialisation, les affaires, l’éducation, les soins de santé, le culte religieux et même le gouvernement.

2-La grippe espagnole (1918)

La réputation de la pandémie de « grippe espagnole » de 1918 comme l’une des plus meurtrières de l’histoire de l’humanité est due à une interaction entre le fonctionnement du virus, la réponse immunitaire et le contexte social dans lequel il s’est propagé.

Elle est apparue dans un monde rendu vulnérable par les quatre années précédentes de la Première Guerre mondiale. La malnutrition et la surpopulation étaient courantes. Environ 500 millions de personnes ont été infectées, un tiers de la population mondiale à l’époque, ce qui a entraîné 50 à 100 millions de décès.  Une caractéristique unique de l’infection était sa tendance à tuer des adultes en bonne santé entre 20 et 40 ans.

À l’époque, l’infection grippale était attribuée à une bactérie (Haemophilus influenzae) plutôt qu’à un virus. Les antibiotiques pour les infections bactériennes secondaires n’étaient pas encore disponibles avant plus d’une décennie, et les services de soins intensifs équipés de ventilateurs mécaniques étaient inconnus.

Il est clair que notre compréhension médicale et scientifique de la grippe en 1918 rendait la lutte difficile. Cependant, les interventions de santé publique, notamment la quarantaine, le port de masques faciaux et l’interdiction des rassemblements de masse, ont contribué à limiter la propagation dans certaines régions, en s’appuyant sur les succès antérieurs dans la lutte contre la tuberculose, le choléra et d’autres maladies infectieuses.

4-VIH/sida (XXe siècle)

Les premiers cas de VIH/sida signalés dans le monde occidental sont apparus en 1981. Depuis lors, environ 75 millions de personnes ont été infectées par le VIH et environ 32 millions de personnes sont mortes. De nombreux lecteurs se souviennent peut-être à quel point la pandémie du VIH/sida était déconcertante et effrayante à ses débuts (et l’est toujours dans de nombreuses régions du monde en développement). Nous savons maintenant que les personnes infectées par le VIH qui suivent un traitement sont beaucoup moins susceptibles de développer de graves complications.

Ces traitements, connus sous le nom d’antirétroviraux, empêchent le VIH de se répliquer. Cela peut conduire à une « charge virale indétectable » dans le sang d’une personne. Les personnes ayant une charge virale indétectable ne peuvent pas transmettre le virus à d’autres personnes lors de rapports sexuels.

La pandémie de VIH nous a appris la valeur d’une campagne de santé publique bien conçue et l’importance de la recherche des contacts. Pour cela, il est fondamental de procéder à un large dépistage chez les personnes appropriées, afin de comprendre l’ampleur de l’infection dans la communauté et de permettre des interventions bien ciblées au niveau des individus et de la population.

Cette campagne a également démontré que les mots et la stigmatisation comptent. Les gens doivent sentir qu’ils peuvent se faire dépister en toute sécurité et être soutenus, plutôt que d’être ostracisés. Un langage stigmatisant peut alimenter les idées fausses, la discrimination et décourager le dépistage.

5-Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) (2002-2003)

La pandémie actuelle est la troisième apparition de coronavirus au cours des deux dernières décennies. La première a eu lieu en 2002, lorsque le SRAS est apparu en Chine à cause de la chauve-souris en fer à cheval et s’est propagé à au moins 29 pays dans le monde, causant 8 098 cas et 774 décès. Le SRAS a finalement été maîtrisé en juillet 2003. Cependant, le CoV-2 du SRAS semble se propager beaucoup plus facilement que le coronavirus du SRAS initial. Les chercheurs qui se sont concentrés sur le SRAS et le MERS (Middle Eastern Respiratory Syndrome, un autre coronavirus qui reste un problème dans certaines régions), fournissent une recherche fondamentale importante pour des vaccins potentiels contre le CoV-2 du SRAS.

Les connaissances acquises sur le SRAS pourraient également conduire à la mise au point de médicaments antiviraux pour traiter le virus actuel. Le SRAS a également souligné l’importance de la communication en cas de pandémie et la nécessité d’un partage d’informations franc, honnête et opportun.

Les progrès de la science, des technologies de l’information et des connaissances acquises sur le SRAS nous ont permis d’isoler, de séquencer et de partager rapidement les données sur le CoV-2 du SRAS à l’échelle mondiale. De même, des informations cliniques importantes ont été diffusées très tôt à la communauté médicale. Le SRAS a démontré la rapidité et l’étendue de la propagation d’un virus dans le monde entier à l’ère du transport aérien, ainsi que le rôle des « super-diffuseurs » individuels.

Le SRAS a également souligné l’importance du lien inextricable entre la santé humaine, animale et environnementale, connu sous le nom de « One Health », qui peut faciliter le croisement des germes entre les espèces.

Pandémie actuelle : monde globalisé, santé unique des hommes et de l’environnement

Peu de chercheurs en maladies infectieuses ont été surpris par l’apparition d’une nouvelle pandémie de coronavirus. Un monde globalisé, avec des personnes et des villes surpeuplées et bien connectées, où les humains et les animaux vivent à proximité les uns des autres, offre des conditions fertiles pour les maladies infectieuses.

Nous devons toujours nous préparer à l’émergence d’une nouvelle pandémie et tirer les leçons de l’histoire pour faire face à la prochaine menace. 

Source : pressesante

Catégories :Médécine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s