Médécine

QUELLES SONT LES RÈGLES À RESPECTER POUR SON MASQUE EN TISSU ?

Face à la pénurie de masques en papier, ceux en tissu deviennent de plus en plus populaires. Mais qu’on les confectionne soi-même ou pas, il convient de respecter plusieurs règles afin de maintenir une certaine efficacité dans la lutte contre le coronavirus. Les conseils d’Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris chargée de la Santé.

LE PORT DU MASQUE

Il ne faut pas porter longtemps un masque en tissu, car en parlant ou avec notre respiration, il devient humide et donc un possible nid à bactéries. C’est davantage une bonne solution pour une personne confinée, qui peut le mettre pour faire petites choses, comme aller faire des courses et revenir chez elle.

Sinon, il faut en changer régulièrement, et dans l’idéal, en utiliser au moins 3 par jour. Et surtout ne pas remettre un masque après l’avoir utilisé.

De plus, il est inutile d’enduire le tissu avec des huiles d’essentielles ou de le garnir avec une lingette nettoyante, par exemple. Au contraire, il ne faut rien mettre, juste qu’il soit propre, sec et le plus imperméable possible.

LE LAVAGE

Il faut directement le mettre à laver. Pour les nettoyer, il faut les mettre à la machine au moins à 60°C, avec du savon ou de la lessive.

En revanche, cela ne sert à rien de les repasser avec un fer car il n’est pas suffisamment chaud pour tuer les bactéries.

LE RANGEMENT

Pour les stocker, il ne faut pas laisser trainer les masques n’importe où. Mieux vaut éviter de les laisser au milieu d’une pièce de vie, où quelqu’un peut le toucher ou éternuer dessus.

Sans pour autant les ranger dans un lieu aseptisé, il faut tout de même les protéger des virus et des microbes. La poussière, elle, n’est pas très grave.

L’USURE

Quand les élastiques fatiguent et que le masque tombe du nez, il perd de son utilité. C’est le moment de le jeter et d’en refaire un nouveau.

L’UTILITÉ DU MASQUE EN TISSU

Les masques sont le chaînon manquant depuis janvier entre les gestes barrières et le confinement. Celui en tissu n’est pas parfait, mais il s’agit d’une première barrière, qui permet de ramener 90 % de microbes en moins chez soi. Et c’est surtout pour les autres, car il retient une grande partie des postillons ou des gouttelettes qu’on peut émettre et qui véhiculent le coronavirus.

En revanche, quand on va voir des gens fragiles ou malades, il convient de porter un masque en papier. Car ceux en tissu ne remplaceront jamais les masques FFP1 et surtout FFP2.

Source : CNEWS

Catégories :Médécine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s