La recherche suggère que la gonorrhée peut résister aux antibiotiques de dernier recours et maintenir le taux de croissance 

Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord (Caroline du Nord, États-Unis) ont démontré que la bactérie Neisseria gonnorrhoeae pouvait résister à l’antibiotique de dernier recours, la ceftriaxone, tout en maintenant un taux de croissance soutenu et en offrant un aperçu unique de l’évolution de la gonorrhée résistante aux médicaments.

N.gonnorrhoeae serait résistant à plusieurs antibiotiques et menace maintenant de développer une résistance à la ceftriaxone, le dernier antibiotique efficace de la liste des médicaments essentiels de l’OMS. Depuis les années 1980 , de nombreux traitements de première intention ont été abandonnés – pénicilline, tétracycline, ciprofloxacine et, plus récemment, le céfixime – le traitement standard actuel nécessitant une association de ceftriaxone injectable et d’azithromycine par voie orale. Bien que la résistance à la ceftriaxone ne soit pas encore très répandue, il a été démontré que deux isolats – H041 et F89 – étaient totalement résistants à la ceftriaxone, ce qui laisse craindre que cette résistance puisse constituer une menace au niveau mondial.

Dans une nouvelle étude publiée dans mBio , les chercheurs ont identifié des mutations dans les souches de N. gonnorrhoeae qui permettent une résistance à la ceftriaxone, mais sans aucun coût pour la croissance de la bactérie.

L’équipe a d’abord démontré in vitro que les mutations de HO41 et de F89 résistant à la ceftriaxone entraînaient un coût de remise en forme pour la bactérie, ce qui réduisait considérablement le taux de croissance de la bactérie, comme prévu. Cependant, lorsque des souris ont été infectées avec un mélange égal de souche de référence non résistante et de souche à croissance altérée, résistante à l’acéftriaxone, créée par échange allélique, l’équipe a observé que certaines souches résistantes développaient des taux de croissance élevés, dépassant la souche de référence.

Son co-auteur, Robert Nicholas (Université de Caroline du Nord) a commenté: « Cela nous laisse supposer que cette bactérie a acquis des mutations » compensatoires « qui améliorent leur taux de croissance malgré l’effet de ralentissement de la croissance des mutations de résistance. »

 

Les chercheurs ont identifié l’une de ces mutations dans l’enzyme bactérienne AcnB, connue pour jouer un rôle dans la production d’énergie qui alimente la croissance bactérienne. L’équipe a découvert que le fait de posséder la forme mutante d’AcnB modifie non seulement le métabolisme énergétique de N. gonorrhoeae , mais provoque également des modifications importantes de l’expression des gènes.

Nicholas a expliqué: « AcnB pourrait avoir des fonctions non encore découvertes – au-delà de son rôle dans le métabolisme énergétique – qui expliquent l’avantage de remise en forme que l’enzyme confère lors d’une mutation. »

L’équipe cherche maintenant à comprendre comment AcnB mutant stimule la croissance de N. gonorrhoeae et quelles autres mutations restauratrices de la croissance peuvent exister chez les souches résistantes. De plus, des travaux futurs sur les génomes de ces bactéries résistantes aux médicaments seront nécessaires pour identifier d’autres mutations rétablissant la croissance et comprendre leur évolution.

Nicholas a conclu: «La première étape pour arrêter une bactérie résistante aux médicaments consiste à déterminer comment elle devient résistante aux antibiotiques qui ont pu la tuer. Nos résultats nous donnent des indices sur l’émergence de la gonorrhée résistante à la ceftriaxone, sur la raison pour laquelle il s’agit d’un problème aussi menaçant et sur les points sur lesquels il convient de se concentrer pour le limiter. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s