Nutrition

La perte de poids obtenue par un régime permet la rémission du diabète de type 2

 

IMG_20180828_214608_860

La perte de poids obtenue par un régime permet la rémission du diabète de type 2
Des chercheurs britanniques ont montré, dans un article paru dans « The Lancet » qu’une forte perte de poids, obtenue par un régime hypocalorique, permettait à des patients atteints de diabète de type 2 (DT2) de retrouver une glycémie normale.

L’étude DiRECT (diabetes remission clinical trial) a inclus 298 patients atteints de DT2 depuis 6 ans (sous traitement antidiabétique mais pas sous insuline), âgés de 20 à 65 ans, et dont l’IMC était compris entre 27 et 45 kg/m2.

Ils ont été séparés en deux groupes, le groupe contrôle suivant les recommandations de prise en charge du diabète, et le groupe test suivant un régime de réduction calorique, chacun pendant un an. Ce régime (suivi par des diététiciens ou des infirmières) consistait en une première phase de 3 à 5 mois pendant laquelle la prise calorique était d’environ 850 kcal/jour, puis une phase de réintroduction calorique par étape de 2 à 8 semaines, le tout accompagné de soutien (dont des thérapies cognitivocomportementales) pour maintenir la perte de poids et de stratégies d’augmentation de l’activité physique. Les médicaments antidiabétiques et antihypertenseurs étaient stoppés pendant toute la durée du programme.

Rémission pour la moitié du groupe ayant suivi le régime

Les chercheurs, après un an de suivi, ont mesuré la perte de poids et évalué la rémission du DT2 (définie comme le passage à une glycémie inférieure à 6,5 %) dans l’ensemble de la cohorte.

Ils ont constaté qu’environ un quart du groupe test avait perdu au moins 15 kg après un an (aucun dans le groupe contrôle). Parmi eux, 86 % ont atteint la rémission de leur DT2 (la moitié pour l’ensemble du groupe test, contre seulement 4 % dans le groupe contrôle). Moins la perte de poids était élevée, moins les patients retrouvaient une glycémie normale : c’était le cas de 57 % des patients ayant perdu 10 à 15 kg, de 34 % de ceux ayant perdu 5 à 10 kg, de 7 % de ceux ayant perdu 0 à 5 kg, et d’aucun de ceux ayant pris du poids. En moyenne, les patients ont perdu 10 kg dans le groupe test, contre 1 kg dans le groupe contrôle.

Les chercheurs ont aussi observé une amélioration du niveau des triglycérides dans le groupe test ; le niveau de tension artérielle n’augmente (alors que les patients ne prenaient plus d’antihypertenseurs). La qualité de vie a aussi été évaluée : elle avait gagné 7,2 points dans le groupe test, et en avait perdu 2,9 dans le groupe contrôle (d’après l’échelle EuroQol). Les effets secondaires observés étaient des vertiges, de la constipation et des maux de tête.

Comme l’indique Le Pr Roy Taylor, coauteur de l’étude, « le défi principal est celui de la reprise de poids à long terme. D’où l’importance du suivi, qui va être mené sur 4 ans. »

Source : lequotidiendumedecin.fr

Catégories :Nutrition

5 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s