Médécine

INTOXICATION AU PARACÉTAMOL: QUELS SONT LES RISQUES?

 

IMG_20180702_110843_163

INTOXICATION AU PARACÉTAMOL: QUELS SONT LES RISQUES?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En effet, c’est la substance active qui compose par exemple le Panadol®. S’il est consommé de façon excessive, le paracétamol peut toutefois provoquer une intoxication sévère du foie.
Le paracétamol est une molécule qui entre dans la composition de plusieurs médicaments, notamment le Panadol . Vendu dans les pharmacies sans ordonnance, sous forme de comprimés ou d’effervescents, il diminue la fièvre et soulage les douleurs de faible intensité. Toutefois, si une personne absorbe une dose trop conséquente ou de manière répétée, elle court alors un risque d’intoxication qui peut être dangereuse voire mortelle.


En effet, cette substance est l’une des principales causes d’intoxication à un médicament et de décès liés à une intoxication. En Suisse, le nombre de personnes victimes d’une consommation abusive de paracétamol ne cesse d’augmenter. Le centre d’appel de toxicologie a ainsi recensé 1200 appels à ce sujet l’année dernière.


Qu’est-ce que le paracétamol?


Le paracétamol a un effet antalgique (qui calme la douleur) et atténue la fièvre, mais il ne contient pas de vertu anti-inflammatoire. Comme il présente une bonne tolérance à des doses non toxiques, il peut être prescrit à tout âge, y compris chez les enfants et les femmes enceintes. De plus, il agit assez rapidement sur l’organisme et ses effets durent jusqu’à quatre heures.
Le paracétamol est essentiellement métabolisé dans le foie et éliminé à 90% dans l’urine. Il produit aussi une substance toxique qui est ensuite excrétée. Mais, si la dose consommée est trop importante, cette même substance va rester dans l’organisme et ainsi causer des dommages au foie.


La prise en charge


Lors d’une absorption excessive, l’hospitalisation s’impose pour éviter une intoxication des cellules du foie. La prise en charge du patient se déroule en quatre étapes. Il faut d’abord identifier le problème, puis laver l’appareil digestif, mais uniquement dans le cas où le patient se rend rapidement à l’hôpital. Il s’agit ensuite d’évaluer le risque d’intoxication et, selon les résultats, de commencer un traitement.


Identification de l’intoxication et lavage digestif


Pour déterminer le risque d’intoxication, il est primordial de connaître plusieurs informations telles que la quantité de paracétamol ingurgitée, la formulation exacte du médicament, le motif, l’heure de la prise et enfin un éventuel mélange avec d’autres substances. Si le patient se rend à l’hôpital entre deux et quatre heures après la prise du médicament, il est possible de lui administrer du charbon activé, médicament végétal qui diminue l’absorption de paracétamol présent dans le sang.


Evaluation du risque de toxicité dans le foie


Ce risque dépend principalement de la quantité ingérée. Il est ainsi évalué en fonction du taux de paracétamol présent dans le sang. Cette analyse peut être réalisée dès quatre heures après l’absorption et, selon les résultats, un antidote peut être proposé.


L’antidote


Le traitement à administrer est de la N-acétylcystéine (NAC), un produit qui permet de protéger les cellules du foie. Il peut être reçu par voie orale en plusieurs fois pendant trois jours ou par intraveineuse durant 21 heures minimum. Ces deux méthodes d’administration présentent la même efficacité quant à la protection du foie mais diffèrent dans leurs effets secondaires. Sous perfusion, certains patients peuvent présenter une réaction allergique qui implique une interruption du traitement jusqu’à la disparition des symptômes.


Durée du traitement


La durée du traitement dépend de la manière dont l’antidote est administré, mais certaines études estiment que la durée minimale de 21 heures sous perfusion ne suffit pas à éliminer le risque d’intoxication dans le foie. En effet, environ 5% des patients présenteraient des signes de toxicité passées ces 21 heures. Le traitement devrait alors être prolongé.


Certains facteurs, comme un âge avancé, la prise d’une dose trop importante ou un mélange avec d’autres substances, augmentent le risque de toxicité du foie tardive. Dans tous les cas, l’antidote continuera à être administré jusqu’à ce que le taux de paracétamol présent dans le sang redevienne acceptable et que les signes de toxicité disparaissent.


En conclusion, il est important de retenir qu’une absorption excessive de paracétamol représente un danger pour le foie, et qu’il est primordial que le patient soit rapidement hospitalisé.

 

Source :

https://www.planetesante.ch/Magazine/Medicaments-examens-et-traitements/Paracetamol/Intoxication-au-paracetamol-quels-sont-les-risques

Catégories :Médécine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s